Autopergamene

Accueil Retour à En averse d'encre

Jamendo : artistes à retenir

En attendant mon prochain article de musique, consacré à mon cher Tête-Seau, en attendant mon second morceau, « Deuil », que je cherche encore à remanier pour qu’il soit plus court, je vous propose un petit article très rapide sur quelques artistes intéressants qui proposent leur musique gratuitement.

Je ne vais pas mentir, c’est principalement un article sur des artistes trouvés via Jamendo ; je ne prétends pas lister ici tous les artistes qui valent le coup d’œil, juste ceux sur lesquels je suis tombés. Si vous en avez d’autres intéressants, n’hésitez pas à les poster dans les commentaires.
Ma sélection sera assez limitée en variété de styles, c’est pour cela que je fais appel à vous pour compléter le tout. Si vous connaissez un artiste génial qui n’est pas cité dans l’article, faites-m’en une description et une critique rapide et je l’ajouterai. Et je ne parle pas que des artistes Jamendo, tous les artistes proposant leur musique à libre disposition sont bienvenus.

—————

On va commencer par ceux qu’on ne présente désormais plus tant ils sont restés longtemps en haut des classements d’écoute de Jamendo : Hype. Un quatuor de pur groupe de rock français, même si leur musique reste très empreinte de rock anglais, jusque dans la langue des paroles.
Ceux qui aiment le genre s’y retrouveront sans problème puisqu’on en retrouve les grands codes ; pistes mêlant acoustique et électrique, riffs accrocheurs, solos reconnaissables et ayant chacun leur petit « truc ». C’est du très classique dans le paysage du rock moderne, mais à mes yeux c’est du très bon classique.
Le groupe possède tout de même ses petites particularités. On prendra par exemple la peine de relever Mike, dont le style de chant très « grande voix puissante un peu féminine » (non sans rappeler d’autres chanteurs tels Nathan Willett des Cold War Kids) se mêle à merveille à l’univers du groupe.
J’ai bien sûr mes petites favorites, en acoustique « Spirits Above » et « Anybody Here » sont pour moi incontournables, et en électrique même si au fond je les aime toutes, je dirais « Castaway », « Let Go » et « Scream ».

Leurs deux EP ne sont malheureusement plus disponibles sur Jamendo, puisque Hype est depuis peu passé dans la cours des grands et que leur premier album est en chemin. Toutefois ils ont été en ligne gratuitement assez longtemps pour être « trouvables ». Jetez-y un œil.
Vous pouvez trouver des extraits dudit album à venir sur leur Myspace, dont « Out of Control » que j’aime particulièrement.

Just a Catwalk from Heaven
1 - Swallow
2 - Ain’t that Far
3 - Castaway
4 - Let Go
5 - No Name

Lies and Speeches
1 - Home
2 - My Innocence
3 - Scream
4 - Anobody Here
5 - Get There
6 - Spirits Above

—————

Deuxième artiste, univers complètement différent. Carlos Saura est un guitariste instrumental espagnol suivant la voie de guitaristes comme entre autres, Satriani. Les ambiances sont assez variées, l’instrument est maîtrisé même si Saura n’est pas ici en démonstration technique. Mes préférées sont la douce « Siempre Adelante », et « La Rebelión de las Máquinas » quant à elle beaucoup plus forte.
Je ne sais pas trop quoi ajouter, l’album dure trente-six minutes, faites-vous votre propres avis.

Carlos Saura
1 - A Lomos del Dragón Blanco
2 - El Niño de las Estrellas
3 - El Manantial
4 - La Rebelión de las Máquinas
5 - Siempre Adelante
6 - El Desierto de Colores
7 - Volando Alto
8 - La Gruta del Agua

—————

Même domaine, style complètement différent, Ozielzinho est un guitariste instrumental lui aussi, tendant cette fois-ci vers une musique plus violente tout en sachant s’accorder des pistes tranquilles et un peu plus douces. Sans doute à cent lieues, techniquement, d’un Carlos Saura, il n’hésite pas à mêler dans ses morceaux de longs passages tranquilles et d’autres passages complètement effrénés. Ceux qui jouent à Frets on Fire le connaissent pour son « Illusion » qui avait été inclus dans Puppets Hero III, et une autre piste du même album, « Cross », a été incluse dans le IV même si elle ne fait pas partie de mes favorites. Je lui préfère le côté néo-classique d’un « Passaro Livre », la mélodie entraînante d’un « No Gravit » ou la lente montée d’un « Isabella ».

Cet artiste, bien que proposant sa musique gratuitement, n’est pas sur Jamendo. Le problème c’est que le lien vers l’album, sur son site, est mort. On le trouve cependant facilement puisque comme pour Hype il avait été disponible très longtemps.

White Metal
01 - Ressurreição
02 - Vaso Quebrado
03 - Illusion
04 - Bruce Lee
05 - Cross
06 - Dobberman
07 - Fenix
08 - Isabella
09 - Karadypaw
10 - Luz
11 - Passaro Livre
12 - Raiz
13 - Philarmonic
14 - No Gravit

—————

On continue dans l’instrumental mais cette fois-ci l’on retourne vers du plus connu. Autre grande figure de Jamendo : Silence — seize morceaux aux titres courts et clairs, chacun dépeignant une ambiance particulière. Ceux qui veulent des pistes sombres pour marcher la nuit s’y retrouveront autant que ceux en quête de pistes calmes et apaisantes à écouter la tête posée sur l’oreiller. Chauqe piste est vraiment unique, et la qualité de sa musique est assez impressionnante. Par moments j’ai l’impression de retrouver certaines des ambiances d’Akira Yamaoka mais ce n’est que passager.
Dans mes pistes favorites je citerai le piano d’un « Larmes », la guitare d’un « Sale », les violons d’un « Réalité », la complainte croissante d’un « Stop! » ou l’aspect abstrait d’un « Expérience » — oui, le champ que brasse la musique du Silence est large et sans dire que sa musique plaira à tout le monde, il aborde des choses assez variées pour que tout le monde y trouve un petit quelque chose.
On regrettera le côté répétitif de certaines pistes mais c’est un défaut qui s’efface vite ; sans que ce soit explicable, on finit tôt ou tard happé par les murs que dresse Silence, et on rentre dans son univers qui est au final n’est que description aiguisée de notre propre univers.

Je tiens à faire une mention spéciale pour Vincent Girès, le belge derrière Silence, parce qu’outre sa musique son site est assez intéressant, au niveau des photographies et images qu’il fait.

Silence
1 - Neige
2 - Étoile Noire
3 - La Nuit
4 - Open Éléctro
5 - Destruction
6 - Atmosphère

Encre
1 - Flocon
2 - Plume
3 - Pollution
4 - Mort
5 - Désordre
6 - Trouble
7 - Ondes

L’Autre Endroit
1 - Cellule
2 - Réalité
3 - Stop
4 - Expérience
5 - Efface
6 - Sale
7 - Particule
8 - Larmes
9 - Follow me

—————

Si vous connaissez Jamendo ce nom de doit pas vous être inconnu non plus puisque c’est une autre des artistes qui revient régulièrement dans les recommandations. Grace Valhalla, une française mêlant diverses éléments dans sa musique. C’est toujours autant fascinant de voir avec quel aisance cette artiste fait varier tons, ambiances et nuances dans sa musique. Sans tomber dans les clichés de l’éléctro-pop-rock, elle a su dresser les fondations de son propre univers et nous le fait découvrir piste après piste. Tantôt dans des ambiances très chaudes et vives, tantôt dans des tons plus sombres et discrets, plus proches.

Car au final on se sent vraiment très proche d’elle tant ce qui est retranscrit l’est avec précision, tant l’évolution de chaque piste nous porte avec elle. « Power of the Herbs » et sa folie ambiante, « Still Noxed » et son final de guitare électrique que je trouve très bien fichu. « Jim » par le côté simple et intime de la partition, l’aspect un peu vieilli dû au tourne-disque et le monologue discret qui se superpose, ou « Feeling Scattered » qui commence délicatement par quelques harmoniques pour venir se conclure dans ce va et vient de déchirures électriques. Ce ne sont que quelques exemples cela dit, et tous ses albums me plaisent dans leur ensemble.
Comme tous les artistes cités dans cet article, la qualité sonore est très professionnelle, les compositions sont agréables, mêlent éléctro, pop/rock, instrumental ; tentez la chose et vous verrez bien. L’avantage de la musique gratuite est que vous n’avez rien à perdre. Bien au contraire dans le cas de Grace.

Psychopathethic
1 - Psychopathethic
2 - Today
3 - November MMIII
4 - Powers of the Herb
5 - Little Ball

PEAK~
1 - Burn
2 - Experience
3 - Empty
4 - Experience II
5 - Ungrateful Men
6 - Apricot Hill
7 - Experience III
8 - Jenny

Wire
1 - Rash Me
2 - Still Noxed
3 - Abyss
4 - Fresh
5 - The Travel
6 - Undo
7 - Ammoniac
8 - Melancoly
9 - Jim

summerCamp
1 - Roselyn
2 - All my Life
3 - summerCamp
4 - Voodoo Lounge
5 - dreamCatchers
6 - Sandy
7 - Feeling Scattered
8 - In the Savage Club
9 - sunDogs
10 - The Garden of Birds and Waters

—————

Changement de décor avec le canadien Brad Sucks, un homme qui armé de sa guitare s’est décidé à dire ce qui lui passait par la tête. Le ton est très folk/rock, avec une voix très posée, loin des envolées d’un Hype, et non sans évoquer d’autres artistes folk comme Adam Green.
Il y a un écart assez béant entre le calme de certains morceaux comme « Overreacting », et les guitares saturées et aigues d’un « Look and Feel Years Younger ».

Le deuxième album est dans la même lignée du premier, peut-être un cran au-dessus au niveau de la qualité technique de la chose. On sent Brad plus professionnel sur ce deuxième enregistrement et si ça lui fait plaisir, ça nous fait plaisir.

I don’t know what I’m doing
1 - Making Me Nervous
2 - Look and Feel Years Younger
3 - Fixing My Brain
4 - Bad Attraction
5 - Sick as a Dog
6 - Borderline
7 - I Think I Started a Trend
8 - Never Get Out
9 - Overreacting
10 - Dirtbag
11 - Time to Take out the Trash
12 - Work out Fine

Out of It
1 - Dropping out of School
2 - Certain Death
3 - Fake It
4 - Bad Sign
5 - There’s Something Wrong
6 - Gasoline
7 - Total Breakdown
8 - Understood by Your Dad
9 - Out of It
10 - You’re not Going Anywhere

—————

Étrangement j’ai un peu de mal à classer Christophe Marc. Non pas que sa musique relève d’un expérimental des plus obscurs, il s’agit d’un folk rock somme toute classique, cela dit se superpose au chant et aux instruments utilisés un petit quelque chose qui donne l’impression d’écouter une musique d’un autre temps, un peu blues-jazz — même si mon constat est sans doute encore une fois influencé par la pochette (mine de rien l’illustration d’un album altère très souvent mon jugement).

Ce constat est aussi guidé par l’utilisation – outre très importante de guitare acoustique – d’instruments comme des harmonicas, des accordéons, des saxophones, des tambourins, des flutes et j’en passe, et j’en passe. La voix du chanteur a aussi sa petite touche ; c’est un chant qui enlace l’auditeur et le berce par des graves. Bref, c’est du folk, mais grandement enrichi, assez varié.
J’aime beaucoup « The Feather Man », « As a Liftemine Goes » ou l’aspect un peu plus effréné d’un « Under the Moonlight » ; la musique de Christophe Marc n’est pas forcément un grand chant entraînant mais c’est quelque chose d’honnête. À vous de vous forger votre propres avis.

Next to the Sea
1 - Next to the Sea
2 - Are You Ready
3 - Murder
4 - So Nasty So Cruel
5 - Low Heaven
6 - The Self in the Shell
7 - Better This Way
8 - Here Comes Your Love
9 - Say Goodbye
10 - You Swine

My Misfits Ways
1 - Beautiful Days
2 - My Misfit Ways
3 - A Pleasure
4 - The Feather Man
5 - Overnight
6 - As A Lifetime Goes
7 - Under The Moonlight
8 - People Say
9 - The Fair Game
10 - The Seasons

—————

Très vite monté dans les listes d’écoutes depuis la parution de son album fin décembre, Sean Fournier propose un court album que, sans trop savoir comment le décrire, je trouve très bon. C’est du piano, c’est une guitare, c’est une voix simple mais qui accroche, des chansons bien foutues.

Sans que « Oh My » possède une particularité surprenante ou rare, il est à ranger à côté des meilleurs albums de Jamendo et aussi l’un des plus professionnel dans son format et son style — et par ce terme j’entends qu’il est apte à plaire à beaucoup de monde. N’allez pas croire que je dis que son son est d’une banalité maladive, on trouve au contraire des choses intéressantes musicalement, simplement à l’instar de Hype c’est « classique mais c’est du bon classique ».
J’aime en particulier « Broken Stereo », « Falling For You » et « Another Like You ».

Oh My
1 - Broken Stereo
2 - Goodbye
3 - Holding the Hand of the Hurricane
4 - Another Like You
5 - Put the World on Stop
6 - Falling For You

—————

Toujours dans un ton un peu folk, Monoh est une jeune femme qui se veut plus timide. Sa musique est celle d’un murmure feutré au creux de la nuit, accompagné par guitare et batterie qui, discrètes, se placent en musique de fond, sonnantes comme des gouttes d’eau au carreau.
Mistress Queen se veut un peu plus « forte » musicalement mais dans l’ensemble Monoh c’est ce que je viens de décrire — une musique très discrète, douce, une voix chaude et à la fois étrangement froide, un peu naïve. Son album est très court, je vous propose de vous faire votre avis personnel. « On the Loose » est assez représentative.

Porno
1 - Misstres Queen
2 - And She Cames
3 - Hunt
4 - On the Loose
5 - So Breath

—————

Je vais passer assez vite sur Borea parce que j’hésite encore quant à mon avis sur ce groupe. C’est à nouveau un groupe de rock français, chantant en anglais, moins classique cependant dans les ambiances et tons utilisés. Ici se mêlent guitare électrique et piano, c’est moins pris au sérieux, plus… plus… plus comme sur la pochette. Voilà.

Single Ride
1 - Single Ride
2 - Lazy
3 - Six Twenty Nine
4 - Psycholove
5 - Big Blue Sky

—————

Je vous préviens d’avance, je vais avoir énormément de mal à décrire Nude. La première raison est que la musique de ce groupe est un univers très particulier ou la durée moyenne d’une piste est d’un quart d’heure et ou une interlude en fait cinq. Et tout du moins personnellement plus une piste est longue et plus j’ai du mal à la cerner et donc à la juger. L’autre raison qui rend cela difficile c’est qu’à l’instar du métal progressif les pistes sont non seulement longues mais sont à « compartiments » ; ça change de rythme, de mélodie, d’ambiance etc. ce qui rend le tout difficile à appréhender.

Le tout est dans l’ensemble assez « rock expérimental », la longue montée de l’excellente « Gender Hacking » et son introduction particulière le prouvent. Je ne vais pas trop m’étendre sur l’argumentation de cet album parce qu’au final je ne suis plus trop sûr de ce que j’ai aimé ou pas. Le tout m’est apparu comme un ensemble uni et déconstruit et ce que j’en retient c’est qu’à un moment ou à un autre il m’est arrivé de relancer l’album pour justement me replonger dans cet espèce de masse chaotique qu’est l’album « Love ».
Je vous laisse maîtres juges, ça plaira ou non, vous m’aiderez à définir ça dans les commentaires.

Love
1 - Gender Hacking
2 - Strife
3 - Pi
4 - La Puerta
5 - Interlude
6 - The Hermit
7 - How to Succeed in Dust

—————

Petit détour vers la fin sur Niconoclaste dont j’avais déjà parlé il y a longtemps dans un autre article. Auteur de rap poétique aux textes et au musiques à des kilomètres de ce qui se fait usuellement. Que ce soit musicalement, ou au niveau des paroles.
Je ne vais pas répéter tout ce que j’avais dit dans le précédent article : Niconoclaste manie les mots avec plus de classe que des centaines d’autres, et est à l’aise peu importe le thème évoqué et l’ambiance choisie.

À noter qu’ont aidé à la réalisation de son album le groupe SM3, très connu dans la sphère du rap français sur Jamendo, et Syl20 est cité à la basse et à la réalisation artistique. Je doute que ce soit le même qu’Hocus Pocus mais dans le doute, je le dis.

Les Stances Sybillines
1 - Intronoclaste
2 - Beauf Family
3 - Anathèmes
4 - Cythère
5 - Mon Astre Eternel
6 - Nuits de détresse
7 - Vulgum Pecus
8 - Lovely Trip
9 - La Sale Race
10 - Les Fards de l’Amour
11 - Désenchanté
12 - Les Stances Sibyllines
13 - Outronoclaste

—————

Déjà évoqué dans mon article sur la nouvelle mouvance du rap français, il y a bien longtemps, SM3 est un groupe de deux personnes, Kaiser IK et Shex, qui ont officié il y a quelques temps pour contribuer de manière avouée à ce que l’on nommait alors le « rap conscient ». Concrètement c’est une branche du genre loin de la vie des cités, souvent assez réfléchi, pas du tout formaté pour la radio, bref c’est du rap avec un message bien desservi. La raison pour laquelle je mets ce genre entre guillemets c’est parce que je trouve l’appellation un peu stupide — ça ou alors c’est le fait que le rap soit devenu tellement honteux en dix ans que le rap qui possède un message est classé comme alternatif… si c’est pas triste.

Enfin bon, l’album est à mes yeux un incontournable en la matière. L’introduction est bien délivrée, et l’album bien que très court arrive à délivrer son message en temps et en heure. À travers des pistes très sombres voire mélancoliques, mais aussi des pistes plus vivaces telles « Mal Perçu » ou encore « L’Hérétique » qui boucle l’album par ses grands riffs de guitare électrique.
Dans l’ensemble « Reste avec les Vrais » trompe les gens par son titre un peu maladroit alors que le contenu est d’excellente qualité, et c’est regrettable.

En parallèle Kaiser IK a sorti son propre album de son côté, beaucoup plus sombre que ce qu’il fait avec SM3, plus triste, en particulier le morceau le plus connu, « La Lettre » avec les dernières paroles prononcées par une petite fille. L’album est malheureusement un peu trop long pour le ton monotone qu’il a choisi, et en autre défaut on relèvera la qualité sonore qui n’est pas autant au rendez-vous qu’avec l’album de SM3 ou de Niconoclaste, ce qui est surprenant puisque tous ont étés enregistrés au même studio.
Shex aussi a de son côté, sorti des albums, mais outre quelques bonnes pistes le tout est relativement de mauvaise qualité.

Et la Lumière Fut
1 - Et la Lumière Fut -
2 - Ce que mon Art te Dira -
3 - Chacun sa Vie -
4 - Sans Commentaire -
5 - Ils nous ont eu
6 - Juste un Mot
7 - L’enfer au Paradis et Inversement -
8 - La Vie à Perpétuité -
9 - Puisque -
10 - La Lettre -
11 - Elle Approche -
12 - Prochaine Tempête -
13 - Le Mal

Reste avec les Vrais
1 - Reste avec les Vrais
2 - En plein Automne
3 - Mal Perçu
4 - Dans nos Rêves
5 - Vent de Poussière
6 - Kartier Mort 02100
7 - Ma Prose
8 - Nous Comprendre
9 - À Dieu
10 - L’Hérétique

Maquette Studio
1 - Droit dans le mur -
2 - Hélàs -
3 - Ange ou Démon -
4 - La Lettre -
5 - L’enfer au paradis et inversement -
6 - Tu croyais quoi ?
7 - J’me reconnais pas

—————

On va terminer très rapidement avec Popof — deux albums, courts ; de la guitare acoustique. Ce n’est pas Sieur Andy McKee mais ça repose, si vous avez une vingtaine de minutes, téléchargez ses albums en passant. :)

La tracklist de la honte :

Pomponette
1 - Bluzynette
2 - Pomponette
3 - Musiquette
4 - Melodinette
5 - Glinguinette
6 - Trotinette
7 - Berceusounette

Pomponette II
1 - Poupine
2 - Titine
3 - Bobine
4 - Tartine
5 - Coquine
6 - Turbine
7 - Colline
8 - Comptine
9 - Bassine
10 - Fine

—————

Sur ce, bonne fin de soirée à tous. Je suis passé assez rapidement sur ces artistes, donc n’hésitez pas à ajouter des précisions ou à donner votre avis, même négatif. Et je suppose qu’il va y en avoir des gens pour me contredire. :D
Comme dit au début de l’article, n’hésitez pas non plus à proposer d’autres artistes, il doit y en avoir beaucoup d’autres alors postez-les.

Publié le : 02/05/09
Accueil Retour à En averse d'encre