Autopergamene

Accueil Retour à En averse d'encre

Le Cimetière des Éléphants

Malgré ma grandissante volonté d’aller de plus en plus loin pour prendre des photos, force m’est de constater que je commence à manquer d’idées dans les alentours. Il faut comprendre que mon désir profond en matière d’image – que ce soit au niveau du sujet ou de l’esthétique même de ce que je prends – ce sont les diverses friches industrielles et lieux abandonnés qui peuplent la France. Le problème, c’est que je suis tombé sur la pire région du pays pour ça, considérant que le nombre de friches sur la Côte d’Azur avoisine le zéro absolu.

Dans ma détresse et soif de rouille j’en suis donc réduit à gratter les fonds de tiroirs, et à repousser les limites des endroits où je m’autorise à aller pour mes séries. Parfois le résultat est satisfaisant, et d’autres fois je termine mon week-end avec globalement le sentiment de m’être fait chier. Je marche des heures sous les foudres de l’été et les vastes ombres ciselées qu’il projette, pour au final ne repartir qu’avec deux trois photos qui – sans qu’elles soient mauvaises – ne sont pas ce pour quoi j’ai saisi mon appareil.
De plus en plus je considère l’idée de partir loin dans mes expéditions, beaucoup plus loin. Aller chercher ces lieux abandonnés plutôt que de me rabattre sur les dessous de ponts qui viennent à ma rencontre, mais ma plus grande crainte, celle de rouler des heures pour rien, m’en retient plus qu’autre chose.

Alors certes, je ne nie pas que parfois je tire des choses de mes balades, j’ai rencontré un tunisien qui vivait dans un bus d’une casse que j’ai visitée. Il m’a entre autres parlé de comment il avait été ouvrier sur le stade de Nice (oui ça ne s’invente pas ce genre de rencontres). J’ai aussi eu la chance (wat) de marcher jusqu’à me perdre dans les égouts de Cannes, ne me demandez pas comment. J’ai fini par déboucher sur la plage à un moment, sur le coup c’était… particulier comme expérience.



Arachnide





Le cimetière des éléphants























À part ça, j’ai commencé mon grand tri de ma bibliothèque Lightroom, préparatoire à ma fresque, et plusieurs choses me sautent aux yeux. Principalement en fait, à quel point je peux détester certaines de mes séries, la pire de toutes étant sans aucun doute la sur-saturée/sur-contrastée Lame de Fond et son traitement à s’arracher le visage. Je n’ose pas prétendre devant vous m’être complètement séparé de ça, mais en tout cas à mes yeux j’ai fait énormément de chemin entre mes débuts il y a trois ans et maintenant. Après, il me reste quand même 310 photos à trier et ça, c’est super déprimant.

J’ai déjà quelqu’un qui m’a proposé d’aider à trier les photos (polioman) et si d’autres personnes veulent se joindre, toute aide est la bienvenue. J’attends déjà d’avoir fait un premier tri mais bon, voilà.

Publié le : 06/10/10
Accueil Retour à En averse d'encre